L'amour est toujours indéfectible

♥️ L'amour est toujours indéfectible

 

Je tiens à partager un passage du livre "Kilomètre zéro" de Maud Ankaoua, qui fait référence à l'amour et qu'il est bon de connaître.

Exemplaires déjà vendus : 400 000 lecteurs !

 

"Que se passe-t-il au niveau de nos sens lorsque l'on tombe amoureux ?

Le nerf optique transporte jusqu'au cortex l'image de notre rencontre, déclenchant divers symptômes comme des palpitations, des rougissements.  Notre expression s'embrume, nous balbutions. Les phéromones émises par l'objet de notre désir pénètrent dans le nez et activent les neurones olfactifs, jusqu'au cerveau des émotions.

L'odeur s'imprègne, n'est-ce pas ?

- j'opinai de la tête, concentrée sur ses mots.

Les ondes de la voix font vibrer les tympans. Elle devient séduisante et excitante. Les premiers contacts transmettent à des terminaisons nerveuses un courant électrique qui remonte le long de la moelle épinière jusqu'au cortex, libérant les endorphines, les neurotransmetteurs du plaisir.

 

Lorsque l'on tombe amoureux, douze régions de l'encéphale s'activent pour délivrer ces molécules chimiques euphorisantes. Un cocktail magique, proche de certaines drogues comme l'héroïne ou l'opium. C'est pourquoi nous nous sentons pousser des ailes.

 

Un cocktail magique ?

Oui, une surproduction d'hormones comme les amphétamines, stimulant l'activité cérébrale, diminuant le sommeil et la faim, ou la dopamine provoquant l'hyperactivité et l'ivresse. Mais aussi la phényléthylamine, qui suscite l'euphorie, la NGF (facteur de croissance des nerfs), une des protéines qui augmentent au début d'une relation et qui ne durent, au mieux, qu'un an ou encore la lulibérine, l'hormone du désir, n'est-ce pas ?

- Holà, je ne connais pas toutes ces substances, mais je comprends mieux pourquoi je me sentais dans une joie incontrôlable !

 

Le cerveau reçoit des signaux positifs et amplifiés de notre vision de l'objet de nos désirs. Ses défauts s'effacent pour laisser place à un idéal rayonnant qui nous attire vers lui. L'être aimé devient le centre du monde.

- oui, c'est bien ça ! je me suis laissé aveugler.

 

Puis l'acte sexuel ainsi que le plaisir renforcent la libération des hormones. L'état de bien-être est à son paroxysme, entraînant une anesthésie temporaire de tous les maux psychologiques ou physiques et l'envie de recommencer, n'est-ce pas ?

-ça, je ne le sais pas, je n'ai pas eu le temps d'expérimenter avec Matteo...

 

Le cerveau s'habitue aux décharges répétées. Les récepteurs disposés sur nos neurones perdent leur sensibilité aux différentes hormones. Lorsque la potion miraculeuse s'estompe, au bout de six mois à trois ans, l'entièreté de la personne aimée se manifeste. La passion du coup de foudre finit par passer et vient le moment de l'amour raisonnable et sincère.

 

L'amour naît du véritable travail sur soi, dans l'acceptation de ce que l'on est, de ce qu'est l'autre et du soutien mutuel. Tant que tu auras peur, tu ne pourras pas aimer. Tu alimenteras la colère, tu seras prisonnière de l'égo qui t'empêchera de chérir.

-mais comment faire, suis-je condamnée à vivre seule ? Je ressens de la peur et de la colère. Je n'arrive pas à chasser mon égo. Je ne trouverai donc jamais le véritable amour ?

 

Tu n'as pas besoin de le chercher, il est présent partout. Tu ne le vois pas, mais il ne te quitte jamais. Il corrige l'imperfection. L'amour est le seul état d'être réel, rien ne pourrait exister sans lui, n'est-ce pas ?

- bien mais comment apercevoir l'invisible ?

 

Commence par le ressentir. Pour se sentir aimé, il est indispensable de s'apprécier soi-même. Pour donner quelque chose, il faut le posséder. Tu ne peux pas offrir ce que tu n'es pas, n'est-ce pas ? Tu ne peux pas recevoir ce qui ne vibre pas comme toi. Pour vivre l'amour, il est nécessaire de se débarrasser des strates qui l'empêchent de s'exprimer, c'est-à-dire des émotions négatives. Pour vivre l'amour, il faut commencer par comprendre ce qu'il est. Pour beaucoup, il se caractérise par une attirance entre deux individus au point de ne songer qu'à cette autre personne.

- c'est cela en effet, je ne pense qu'à lui.

 

Tu ne vis qu'une version limitée de l'amour et tu es condamnée à une instabilité. Tu cherches à combler tes manques et ta solitude en possédant l'objet de tes désirs. Jusqu'au moment du faux pas. Lorsqu'il ne satisfait plus tes attentes, tes sentiments se transforment en haine. Tu donnes et retires ton affection comme une récompense ou une punition. L'amour n'a rien à voir avec cela. Il est inconditionnel. Lorsque tu auras réglé tes blessures, tu pourras offrir et partager ce que tu es. C'est un leurre de croire que quelque chose d'extérieur à toi te rendra heureuse. Tu le seras parce que ton bonheur sera plein en toi.

- comment faire pour se remplir ?

 

L'amour est partout. Dans chaque chose, dans chaque être, en chacun de nous. Notre peur vient du fait que nous l'ignorons. Le monde paraît incertain et nous nous sentons attaqués. Pourtant, durant ces milliards d'années, la Terre évolue dans l'univers sans se heurter à d'autres planètes. Comment expliques-tu que depuis tout ce temps, nous survivons ? Une intelligence organisée nous protège. Comprendre que malgré toutes les menaces qui nous entourent, les espèces vivantes perdurent, c'est déjà le début de la conscience. Accepter que l'on fait partie d'un tout, et que rien d'autre que de vivre la perfection ne peut nous arriver, c'est intégrer que nous sommes en totale sécurité et profondément aimés, n'est-ce-pas ? Nous n'avons aucune raison de nous inquiéter.

-soit, cependant le passé m'a enseigné d'être sur mes gardes, ce qui m'évite de reproduire les mêmes erreurs.

 

Laisse-moi te donner trois clés qui m'ont permis de changer la vision de mes relations.

 

La première clé est que tu n'es jamais victime du monde que tu vois. Pour accéder à la paix intérieure, il est nécessaire de le regarder avec bienveillance et non pas comme une menace. Ne garde de tes expériences passées que l'amour. Le reste est inutile et ne fait qu'encombrer l'esprit de fausses croyances. Le passé tronque la vérité par des filtres de peur.

- j'ai déjà entendu cela en effet. Nous avons le choix de regarder le monde avec Amour ou avec Peur.

 

En effet, mais dans les deux cas, nous sommes acteurs et responsables et non pas opprimés, n'est-ce pas ?

-j'ai aussi appris que la peur n'existait pas.

-Pensez-vous que je me positionne en victime par rapport à Matteo ?

 

Bien sûr. Ta victimisation te fait croire que tu as une bonne raison d'être en colère après lui.

- avouez quand même que son comportement est décevant ! Il m'a oubliée pour je ne sais quelle première venue.

En es-tu convaincue ?

- je le suppose, répondis-je comme une évidence, en expirant mon désespoir.

 

Tu me permets une transition directe vers la deuxième clé : arrête toute supposition ! Lorsque j'ai pris conscience que j'interprétais tout ce que faisaient ou pensaient les autres, j'ai compris que je perdais une grande partie de mon énergie. Je croyais à mes hypothèses comme une réalité, créant des problèmes inexistants. J'en voulais aux protagonistes de mes scénarios, préférant médire plutôt qu'éclaircir la situation. As-tu vu Matteo en compagnie d'une autre femme ce soir ?

-non, mais il parait qu'elles ont la réputation de distraire les hommes de ce village.

Ce n'est donc qu'une supposition, n'est-ce pas ? Attends de connaître la vérité au lieu d'interpréter. L'esprit humain est fascinant : il nous est plus facile de justifier notre mal-être par l'accusation d'un comportement extérieur que d'accepter l'incertitude !

- je baisse les yeux, comment faire pour sortir de là ?

 

C'est l'objet de la troisième clé. Je me suis délivré de ce besoin de justifier lorsque j'ai arrêté de juger tout ce qui se produisait. Je passais mon temps à arbitrer tout ce qui arrivait, ceci est bien, ceci est mal. Je statuais aussi sur les autres, leurs qualités, leurs défauts. Je portais un regard critique sur ce qui me gênait ou m'imposait une frustration, n'est-ce-pas ? Pour retrouver un état de bien-être, il est indispensable de regarder le monde avec bienveillance, en se libérant du jugement. C'est ainsi que nous sortons du besoin d'avoir raison. C'est un exercice de chaque instant. Lorsque tu te surprends à critiquer, remplace cette idée par une autre bienveillante. Lorsque tu ressens l'agressivité de ton interlocuteur envers toi, observe son signal de détresse et rassure-le en lui envoyant des pensées d'amour au lieu d'attaquer.

 

Notre nature profonde est de nous aimer les uns les autres, n'est-ce pas ? "

 

Très beau passage de ce livre que je vous recommande de lire bien sûr, pour aller plus loin vous retrouvez sur ma page d’accueil les prestations pour vous aider à guérir de vos blessures avec le thème de guérison ou guérir l'âme ou bien le thème karmique ou génosociogramme

 

Avec amour ♥️

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0