L'esprit Celtique, les druides

Les druides avait conclu un pacte d'alliance avec la forêt, l'âme collective des végétaux, avec les fées, les elfes et les nymphes logeant dans les racines et les cavités naturelles, n'avait aucun secret pour ces hommes des bois qui connaissaient le mystérieux langage des feuilles, des roches et des eaux.

 

Les druides étaient versés dans les pratiques magiques proprement dites, initiés au savoir ésotérique au cœur des forêts. Ils servaient d'intermédiaire entre les hommes et les esprits des forêts, soignaient les malades grâce à l'alchimie des plantes, communiquaient avec les âmes exilées dans l'au-delà en les rappelant parfois dans le monde. Ils maitrisaient aussi l'art sacré du tambour (le bohdron, l'instrument chamanique par excellence, car il agit directement sur le rythme cardiaque).

 

De la même manière, ils interprétaient la course des nuages, le vol des oiseaux, le murmure des eaux et la disposition de baguette d'if ou de pierres particulières. Ils ne dédaignaient pas non plus les pratiques chamaniques fondées sur l'absorption de substances enivrantes, étonnamment ancrées dans leur tradition, comme la fumée résineuse engendrée par la combustion du bois d'if, qui favorisait la clairvoyance.

 

Assimilée à la manifestation de l'âme, la musique revêtait une importance capitale, les druides jouaient avec aisance de la flûte et de la harpe.

 

D'où venaient-ils ?

Grands et blond, autoritaires et guerriers, les celtes appartenaient à une race originaire de la forêt-noire, aux sources du fleuve le Danube. A la suite d'infiltrations pacifiques ou de conquêtes, ils sont arrivée très loin en Autriche, en Suisse, en Gaule, en Espagne, en Italie et jusqu'aux côtes britanniques et irlandaises. Les mythes des Celtes nous viennent pour la plupart des légendes galloises et irlandaises. 

 

Les druides utilisaient un alphabet linéaire très simple, l'ogham, qui ne servait pas à la transmission des connaissances traditionnelles puisque celle-ci était surtout orale. Il convenait en revanche parfaitement pour être gravé sur les dolmens ou employé comme alphabet muet, Leur calendrier étaient basé sur les plantes. La plante associée au jour de naissance est plus qu'un simple "signe zodiacal" influant  avec son énergie verte, on se soignera avec la plante, ou placer dans sa poche ou mettre à côté de son lit un morceau d'écorce ou une feuille. Chaque plante est mise en relation avec l'un des treize mois lunaires (douze plus celui supplémentaire)

 

Quelles fêtes pratiquaient-ils ?

Les deux moitiés (claires et sombre) de l'année celtique étaient donc ponctuées par deux fêtes principales : Samhain et Beltaine, qui correspondaient à l'origine au 1er novembre et au 1er mai.

Les deux autres fêtes Imbolc au 1er février et Lugnasad au 1er aout.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0